CARREFOUR TECHNIQUE

SOMMAIRE

 

                  Page : 1)     - Brèves considérations , Le four , Le Dôme , La sole

 

                   Page : 2)     - Aparté sur "LES MOULES DE COULÉE "

 

                  Page : 3)     - Aparté sur "LES MOULES DE COULÉE " , Plans.

 

                  Page : 4)     - Les fours spéciaux
                       Page : 5)    - Les fours spéciaux (suite)

              retour au site de la Librairie du Merveilleux

 

 

 

 

 

 

 

 

                 Brèves considérations:                            

 Les détails techniques qui suivent sont à considérer comme des bases simples. D'autres se sont déjà attardés sur la question des fours et du matériel de laboratoire. Cependant, il est vrai que, dans ce domaine, une certaine "habileté manuelle" est requise, et que, à moins de disposer de fonds subséquents, le futur opérateur se devra de fabriquer lui-même le four, certains creusets, les outils à long manche, les moules de coulée...  Cette dynamique d'élaboration des ustensiles s'inscrit dans une démarche positive qui oriente dès le départ vers les considérations opératoires propres à la voie choisie.

Le labourant n'est donc pas seulement un "alchimiste" opératif qui travaille sur des matières élues, mais aussi un technicien du feu vulgaire et ce, bien avant d'espérer travailler un jour avec un autre type de feu, vivant et secret.       

                   

I )     LE FOUR

 

Cet outil indispensable pour la voie au charbon prend les formes les plus variées. On devrait dire " les fours" car on s'apercevra vite que le travail au laboratoire impose certaines contraintes "d'économie des matériaux" et que  celles -ci varient essentiellement en fonction des possibilités des fourneaux. Ainsi, le four de fusion présenté au chapitre des "outils de la voie sèche" de ce site, présente (entre autres) d'une part, l'avantage d 'un accès large par la porte du foyer mais d'autre part, l'inconvénient d'un contrôle médiocre de l'atmosphère de réduction et de ce fait de l'affinage et du contrôle de la température au cours de cet état.

Donc un large accès  impose un dôme haut, et, par conséquent, une réverbération plus difficile. D'où l'intérêt de concevoir un four à hauteur variable, c'est à dire sans joint entre les briques. Le poids des matériaux impose alors derechef un volume de foyer plus petit ou l'emploi d'un réfractaire plus léger mais plus isolant que réfractaire. Bref, dès que l'on aborde la question du combustible "charbon" , l'on se heurte à des inconvénients techniques selon les phases abordées. Mais les solutions existent et ici comme ailleurs,  la simplicité prévaudra.

Pour en revenir au four présenté, les matériaux employés possèdent donc les qualités que leur confère le pourcentage d'alumine inhérent à leur constitution. 42% d'alumine (44 maximum) reste un taux minimal raisonnable. Les briques (6x11x22) se coupent aisément à la disqueuse et sont jointes entre elles par un ciment réfractaire de granulométrie 0 à 2mm. La granulométrie motive l'épaisseur des pièces à réaliser, pour le dôme par exemple 0 à 5mm est une variante idéale. 

LE DÔME

Ici récemment démoulé. 

Deux objets ont été nécessaire à sa fabrication : un moule externe et son noyau ( et beaucoup de patience ).

Il faudra ensuite le couper et lui adapter une buse de tirage supérieur. L'idéal sera de le faire cuire afin qu'il acquiert des qualités supplémentaires de résistance au feu.

Un four pour cuire le dôme!

Cuire une pièce de cette taille avec les paliers de température que cela impose,  n'est réalisable que dans un très grand four (électrique), peut-être celui d'un céramiste?

 Mais cette partie est utilisable "crue", il faudra alors s'attendre à voir apparaître des fissures, d'où l'intérêt d'un cerclage.

 

LA SOLE

Après le haut du four , le bas. Une pièce simple, si ce n'est qu'elle supportera l'ensemble, brique plus dôme. Elle pourrait être coulée elle aussi dans un moule et dans le même ciment précité, mais une solution plus simple et économique est à envisager.
 

Réalisée dans quatre dalles de 300x300x50, découpées et ajustées entre elles avec un joint de ciment.

La sole reposera dans la base de l'armature de fer, (cornières soudées) qui guidera le montage des briques.

                A suivre:

                

* Tous les documents et textes ci-dessus ou ci-après sont protégés, et la marque "La Librairie du Merveilleux"   déposée par son titulaire de droit.

 

Sommaire

 

ACCUEIL